Yves Robert

Active - 1950 - 2001  |   Born - Jun 19, 1920 in Saumur, France  |   Died - May 10, 2002   |   Genres - Comedy, Drama, Comedy Drama

Share on

Biography by Hal Erickson

Yves Robert held down a variety of jobs before settling on acting in 1942. Seven years later, Robert made his first film, maturing into one of France's most engaging leading men. One of his most enjoyable on-screen appearances was as Felix Leroy in Rene Clair's Les Grandes Manouevres (1933). Easing into directing with a 1951 short subject, Robert proved as successful behind the cameras as he was out front. His droll directorial projects The Tall Blond Man with One Black Shoe (1972) and Pardon Mon Affaire (1976) met with great international popularity. His crowning directorial glory was a brace of award-winning films inspired by the works of Marcel Pagnol: My Father's Glory and My Mother's House, both released in 1990. Robert was married to actress Daniele Delorme, who is also his partner in his production firm, Le Gueville.

Movie Highlights

See Full Filmography

Factsheet

  • Dès l'âge de 13 ans, il travaille comme typographe.
  • À son arrivée à Paris il multiplie les petits boulots, mais c'est en rejoignant une troupe de théâtre à Lyon qu'il se lance véritablement dans la comédie.
  • En 1950, après quelques petits rôles au cinéma, il est choisi par Marcel Carné pour jouer dans "Juliette ou la clef des songes".
  • Pour sa première réalisation en 1951 il a Claude Sautet comme assistant.
  • Avec "La Guerre des boutons" il remporte le prix Jean-Vigo en 1961.
  • C'est lui qui lance la carrière de Pierre Richard en lui donnant un petit rôle dans "Alexandre le bienheureux". Il produira ensuite son premier film et le dirigera à nouveau dans "Le Grand blond avec une chaussure noire".
  • En 1976 et 1977 il réalise deux films qui deviendront cultes  : "Un éléphant ça trompe énormément" et sa suite, "Nous irons tous au paradis", avec Jean Rochefort, Guy Bedos, Claude Brasseur et Victor Lanoux.
  • Ses adaptations des chefs d'oeuvres de Marcel Pagnol, "Le Château de ma mère" et "La Gloire de mon père" ont fait redécouvrir l'auteur provençal à toute une génération.
  • Sur sa tombe du cimetière Montparnasse est gravée l'épitaphe suivante  : “Un homme de joie…”.